Comment choisir son manteau d’hiver ?

L’automne s’installe et dans quelques semaines votre superbe trench de coton mi-saison sur mesure ne sera plus assez efficace contre les premiers frimas hivernaux. Alors comment choisir au mieux son prochain manteau ? Pour ne pas vous trouver dépourvu l’hiver venu, quelques conseils s’imposent.

La coupe

Tout d’abord, un manteau chaud doit, par essence, bien recouvrir le corps. C’est pourquoi les revers de col sont généreux et le premier bouton placé assez haut. Aussi, les manches ne doivent pas être trop courtes, afin qu’elles puissent recouvrir les gants et empêcher ainsi le froid de s’immiscer.

Pour plus de modernité, côté longueur, le manteau reste au niveau du genou ou juste au-dessus. Par exemple, le classique Ulster coat prend une tout autre allure lorsqu’il est revisité : on garde les tissus lourds, les plis creux dans le dos, les poches plaquées « boite aux lettres », la martingale volante, mais on le rend plus contemporain en le raccourcissant et en ajustant mieux les épaules et le cintrage. Effet chic et moderne garanti !

Pour le style, l’effet croisé apporte plus de chaleur et de confort. A noter toutefois qu’une redingote croisée siéra mieux aux silhouettes les plus fines.

Dernier point : les épaulettes. Il est désormais préférable de les éviter. Si le weekend, votre manteau porté sur un pull peut les supporter, en semaine sur votre costume ou votre veste, l’effet porte-manteau est garanti : trop large, trop guindé.

Et pour le modèle, à chacun son style. La redingote se décline à l’envi en configuration droite ou croisée. Après le style anglais de l’Ulster coat, le style italien peut aussi s’imposer, apportant un aspect plus « rond », moins sévère. Poches plaquées en forme de gouttes, épaules chemises, revers de col plus larges et surtout des manteaux un peu plus courts.

La matière

Pour l’hiver, il faudra évidemment se pencher sur des tissus chauds aux grammages importants (>500g/m2). On se tournera ainsi vers la laine, les mélanges laine/cachemire, le poil de chameau et même vers des 100% cachemire. Pour un côté très anglais, le Cavalry Twill, avec sa trame oblique et son poids, peut également être une alternative intéressante.

Pour sortir ou pour des occasions particulières, pourquoi pas se tourner vers une redingote 100% cachemire ? Cette alternative conviendra bien en choix pour un deuxième manteau. En effet, il s’agit-là d’un pardessus plus fragile, qui ne supporte pas bien l’eau et qui va se froisser un peu plus facilement. Exit les longs trajets assis dans le métro, ou sous la pluie. Pour un usage quotidien donc, on lui préférera le manteau laine et cachemire. La laine, matière plus résistante, lui apportant plus de tenue et de longévité.

Si la matière est importante, le tissage l’est tout autant. Il va donner une certaine trame et de la structure au manteau. Aujourd’hui les tissus lisses et unis sont remplacés par des tissus chinés ou avec des miro-motifs tels que le caviar, le chevron, le twill, etc. Autre tendance dans le manteau : les tissus avec des teintes naturelles telles que la fameuse laine Pecora Nera, apportant une subtile note d’élégance à n’importe quel pardessus (exclusivité de la maison Loro Piana).

Alors oui, « Winter is coming »… Mais désormais, vous êtes prêts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *