Comment porter le gilet de costume ?

Le costume trois pièces est devenu au fil des décennies l’habit phare du marié, laissant loin derrière lui queues-de-pie et redingotes. Et à l’inverse de ces derniers, trop marqués « cérémonie », ce complet pourra se reporter à l’envi lors de différentes occasions. Différencié du traditionnel costume de ville par sa troisième pièce – le gilet – qui lui donne une allure plus habillée, sans gilet, le costume de marié deviendra donc un costume simple qu’il sera possible de ressortir facilement.

Mais comment choisir un gilet ? Tout le monde peut-il le porter ? Comment différencier le gilet de cérémonie de celui du quotidien ?

Du « garçon de café » à l’élégance du marié

Durant quelques décennies (1990- 2010), ce veston a souffert d’une mauvaise image : dans l’inconscient collectif, il correspondait, porté sur des tee-shirts, à l’apparat des boys bands de l’époque ou tout simplement à l’uniforme des garçons de café : souvent mal taillé, là trop bouffant, là trop serré, et fait de matières trop grossières… Mais voilà que ces dernières années, son utilisation a changé. Le gilet a regagné les lettres de noblesses qui lui avaient été conférées par différents souverains au fil des ères : Louis XIV, Louis XVI, Napoléon… pour redevenir une pièce incontournable du chic.

Le gilet de cérémonie, que l’on porte aux mariages ou aux belles réceptions, a été le maître d’œuvre de ce retour. Las des redingotes trop solennelles, les mariés du XXIe siècle préfèrent porter un costume, agrémenté d’un essentiel gilet. Aussi, pour cette occasion, on pourra choisir ce dernier d’une autre matière que celle du costume, comme par exemple un gilet de lin pour l’été, en tweed ou à carreaux pour un look classique, ou alors en soie pour insister sur l’aspect « cérémonie ». Sa sobriété en fera l’atout chic du grand jour. Le gilet du marié plus net que son alter ego du quotidien : moins de boutons, moins de poches, et fait dans un tissu unique devant et derrière (pas de doublure au dos).)

Les différents styles de gilet

Côté style, il pourra être moderne (coupe droite, bas du gilet en pointe et sans revers de col) ou bien plus classique, porté notamment croisé avec un col châle, comme sous une jaquette.

Le gilet droit ne comporte qu’une simple colonne de quatre à six boutons, avec ou sans revers de col. Sa version sans revers, avec un décolleté plus plongeant, s’intégrera plutôt dans l’ensemble trois-pièces. Il peut parfois être agrémenté de deux à quatre poches.

Le gilet croisé lui, dispose de deux colonnes de quatre à six boutons, le côté gauche se superposant au droit, et il est le plus souvent doté d’un revers de col.

Autre version : sous un smoking (boutonnage bas, col châle et sans dos), il apportera la touche d’élégance et de raffinement nécessaire à toute cérémonie.

Le gilet est adapté à toutes les morphologies

Quant à la coupe de cette troisième pièce, elle a besoin d’être bien étudiée, pour toutes les occasions. Si toutes les morphologies peuvent se permettre le gilet, c’est l’élément du vestiaire masculin qui se porte le plus près du corps. Ainsi, les personnes ayant de l’embonpoint pourront bénéficier de cet apparat qui viendra les affiner, tout comme les hommes plus petits, portant un gilet bien coupé, verront leur silhouette plus élancée. Pour être chic, il a besoin d’être bien plaqué sur la poitrine, de ne pas bâiller. Porté toujours fermé, à l’exception du dernier bouton, il doit épouser les épaules et le torse. Et si jamais il tire au niveau des boutons, c’est qu’il n’est pas ajusté à la bonne taille. Côté longueur, le gilet recouvre la ceinture et ses extrémités se finissent en général en pointe.

 
Encore faut-il donc savoir à quelle occasion porter cette troisième pièce. Mariage, cocktail ou dandy du quotidien ? Le sur-mesure et les conseils de professionnels sont souvent indispensables pour trouver le gilet qui deviendra la pièce qui peaufinera votre style.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *