Les tissus utilisés dans la confection d’un costume sur-mesure

Le choix d’un tissu de costume sur mesure va dépendre principalement de 3 critères : la saison (température, degré d’humidité, etc.), l’usage et le style. La saison car vous porterez plus facilement du lin ou un mélange laine et mohair en été. L’usage car vous choisirez des tissus infroissables si vous vous faîtes par exemple de long trajet en avion dans le cadre de votre profession. Et enfin le style, car un costume sur-mesure en mélange laine et soie sera préféré à du lin à l’occasion d’un mariage.

Cet article traite principalement des tissus naturels tels que la laine, le coton ou le lin qui sont les plus communément usités dans le cadre de la confection d’un costume sur-mesure. Nous aborderons seulement en dernière partie une petite présentation des tissus synthétiques qui sont souvent utilisés dans le prêt-à-porter.

Les tissus naturels

Tout d’abord, il faut savoir que les tissus naturels sont utilisés par les tailleurs car ils ont l’avantage d’évacuer plus facilement la transpiration et d’être surtout des thermorégulateurs.

Le lin

C’est un tissu d’origine végétale très léger qui permet d’évacuer facilement la transpiration. Par ailleurs, sa qualité de fibre naturelle en fait une étoffe anallergique et lui donne la propriété d’être un régulateur thermique (isolant l’hiver, respirant l’été). Par contre, il a l’inconvénient de se froisser facilement.

Le coton

C’est également un tissu d’origine végétale qui comme le lin, permet d’évacuer facilement la transpiration. Il reste cependant un peu plus chaud.

La laine

C’est un tissu d’origine animale, souvent fabriquée à partir de la toison du mouton mérinos, qui se décline en différents tissages.

La laine fine

La laine fine (Super 100′S, 120′S, 150′S, etc.) : c’est un tissu qui peut être utilisé en toute saison en fonction de l’épaisseur choisi (on parle de « poids » du tissu : 190gr, 250gr, 320gr, etc.).

La toile de laine

C’est un tissu en ayant un tissage lâche et ajouré qui permet d’obtenir des poids de tissu plus légers et moins chauds qu’une serge classique, d’où le nom de laine « froide ».

Le tweed

C’est un tissu en laine assez grossier, irrégulier, de texture douce, flexible ressemblant à un tissu filé main. Il est fait de laine tissée, d’armure toile ou sergé, parfois à chevrons. Les discrets effets de couleur sont obtenus par un fil de plusieurs brins torsadés (2 ou 3) de laine de différentes couleurs. Les tweeds sont recherchés pour les vêtements d’extérieur de tous les jours, car ils sont assez imperméables et très résistants. Son nom vient de  « Tweel » en écossais. Le Tweed le plus connu et surement celui de meilleur qualité est le « Harris Tweed ». Notamment, Le Harris Tweed Act de 1933 déclare vital que « l’intégrité, le caractère particulier et la renommée internationale du Harris Tweed soit maintenu». Un institut, la Harris Tweed Authority, est chargé de garantir la constance de la qualité. L’Acte stipule que le Harris Tweed doit être constitué à 100% de « laine vierge teinte et filée dans les Îles Hébrides, et tissée à la main, à la maison, par les habitants des îles de Lewis, Harris, Uist et Barra».

 
Mais on trouve aussi, différents types de laine issus d’autres animaux que le mouton qui peuvent être associés à la laine de mouton pour former des tissus plus précieux ou avec des qualités isolantes ou thermiques améliorées. Mais on peut également trouver des tissus élaborés avec 100% des laines présentées ci-dessous (ex. 100% cachemire) :

Le cachemire

C’est une fibre d’origine animale, provenant de la laine longue et soyeuse de la chèvre de la province du Cachemire. En hiver, pour protéger ces chèvres du vent glacial, un duvet serré de poils fins et souples vient doubler leur pelage d’été. Ce duvet, gris foncé, est tondu à la cisaille ou enlevé à la brosse au moment de la mue de printemps sur la poitrine des chèvres. Une chèvre peut fournir de 100 g à 150 g de poils par an. Le cachemire est souvent mélangé à de la laine dans des tissus pour lui donner un aspect plus doux au touché.

Le mohair

C’est une laine fabriquée à partir de la toison de la chèvre angora d’Asie Mineure. Elle a pour caractéristique de joindre à son pouvoir isolant thermique (du froid comme du chaud) une très grande légèreté.

L’alpaga

C’est une laine fabriquée à partir de la toison de la chèvre d’alpaga offrant une grande tenue du vêtement et présentant un aspect légèrement brillant. Le toucher de l’alpaga est également obtenu avec des mélanges sophistiqués intégrant 15 ou 25 % de mohair.

La vigogne

C’est une laine fabriquée à partir de la toison d’une espèce de mammifère sud-américain qui vit sur les hauts plateaux de la cordillère des Andes. La laine de la vigogne est constituée de fils particulièrement fins (12 microns de diamètre) qui permettent de tisser une étoffe de très haute qualité procurant une excellente isolation au froid. Par comparaison, le cachemire semble rêche par rapport à la vigogne.

Le poil de chameau

C’est une laine très chaude, légère et solide provenant du chameau à deux bosses, au pelage laineux, qui vit sur les hauts-plateaux de la Chine occidentale et de la Mongolie. Le poil de chameau est un excellent isolant thermique.

La cheviotte

C’est une laine très rare de moutons de la race Cheviot en Ecosse. Elle a la particularité d’être rêche mais très résistante. Les tailleurs la qualifient souvent de « pare-balles ».

La soie

C’est une fibre textile fabriquée à partir de cocons, généralement ceux du bombyx du mûrier ou ver à soie. La soie est généralement ajouter à de la laine pour donner un aspect plus soyeux et plus brillant au tissu.

Les tissus synthétiques

Dans le domaine du prêt-à-porter, certaines enseignes fabriquent des costumes avec des tissus 100% synthétique ou incorporent du synthétique à de la laine naturelle. Ces costumes moins onéreux ont certes l’avantage de moins se froisser mais ils perdent surtout l’ensemble des bénéfices des fibres naturelles à savoir la « respirabilité » ou la thermorégulation. Ces tissus ne sont pas utilisés par la maison Artling.

On trouve généralement 2 types de fibres synthétiques :

Le polyester

Macromolécules linéaires, présentant dans la chaîne au moins 85% en masse d’un ester de diol et d’acide téréphtalique.

Le polyviscose

Polyester (généralement dans les 60%) et viscose ( 40%).
 

Pour en savoir plus sur les tissus sélectionnés par la maison Artling dans le cadre de la réalisation de ses costumes sur-mesure, découvrez notre page dédiée sur notre site Web en cliquant ici.

  1. Petite remarque sémantique : l’alpaga n’est pas une chèvre mais un camélidé, cousin du lama.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *